À propos

Martin Juneau et Louis-Philippe Breton se sont rencontrés en 1998 dans le vestiaire du restaurant le Pistou. 
Le premier souvenir que Martin a de Louis-Philippe, c’est que ce dernier consommait beaucoup de barres de chocolat. C’est en faisant les « dimanches tabarnak du Pistou » que de collègues de travail, ils sont devenus amis, puis colocataires pour devenir partenaires. Au-delà de leur bonne entente, leurs parcours professionnels prenaient des directions similaires.
Un premier investissement commun en immobilier leur fait comprendre que leurs compétences et leurs attitudes sont parfaitement complémentaires : « nous sommes devenus une équipe, si je suis le visage médiatique des entreprises, Louis-Philippe en est la colonne vertébrale » assure Martin Juneau. En effet, Martin a pris la tête des opérations et a réussi à créer un engouement auprès du public et des médias. Il s’est aussi découvert une nouvelle passion : le vin nature.

Louis-Philippe, quant à lui, assure les suivis quotidiens, pour être là aux bons moments et aux bons endroits. Il est celui qui fait que la « sauce pogne » et que les différentes entreprises tournent sans accroche.
« Y’en a un qui est beau, l’autre qui est intelligent » résume Louis-Philippe.

Après avoir acheté un condo conjointement, et y avoir vécu pendant quelque temps (et y avoir fait de nombreux partys bien organisés), Louis-Philippe et Martin décident de vendre.
En 2011, le Pastaga ouvre ses portes, en 2013, ils fondent la société d’importation privée « Volet » qui se consacre à des vins de grande qualité, offerts à Cul-Sec Cave et Cantine. Et depuis mai 2017, le Pastaga Snack-Bar et Vins Nature accueille les gourmands dans le Vieux Port de Montréal

Louis-philippe breton

Un beau père amateur de cuisine lui a permis, dès son jeune âge, d’ouvrir ses horizons : des aliments et des plats que l’on ne retrouvait pas habituellement autour de la table « traditionnelle » québécoise de l’époque.
Après s’être trouvé une job de plongeur au Bistro 2000, Louis-Philippe se fait une place au Garde-Manger.
Globe-trotter, Louis s’est rendu en Amérique latine qu’il explore pendant 2 ans. Puis en Europe pendant deux autres années
Il travaille à L’Écusson de Jean-Pierre Sennelet pendant un stage de trois mois. M. Sennelet a eu grande influence sur sa vision de la cuisine et sa découverte du monde du vin.
Et c’est la rencontre avec Martin qui écrira la suite de l’histoire : « C’est ma plus longue relation, personne ne peut m’endurer autant que lui! »
S’il n’était pas dans la restauration, Louis-Philippe serait surement dans l’industrie de la musique.
Son pêché mignon : la viande grillée avec des frites.
Il n’arrive pas à : faire cuire du riz sans le rendre collant.

Martin Juneau

Une maman infirmière et une première job à l’hôpital. C’est par cette porte que Martin découvre le monde des cuisines, se disant qu’à l’hôpital, la gang qui semblait avoir le plus de fun était celle des cuisiniers.
De cette première job, il retirera une envie d’en apprendre davantage sur le métier et cesse de travailler à l’hôpital à l’obtention de son diplôme.
Après avoir ouvert le Pastaga, Martin s’est amouraché des vins nature et y voit une opportunité d’évolution : il fonde une agence d’importation privée « Volet » toujours en partenariat avec Louis Philippe.
Son pêché mignon : le beurre de peanuts Kraft, les chips ou un simple bol de frites avec du ketchup.
Pour impressionner quelqu’un, il cuisine : du lait de maïs
Il n’est pas doué pour cuisiner : la bouffe asiatique
S’il n’était pas dans la restauration : il serait illustrateur ou bédéiste. Le dessin est son talent caché.

Martin Juneau

Une maman infirmière et une première job à l’hôpital. C’est par cette porte que Martin découvre le monde des cuisines, se disant qu’à l’hôpital, la gang qui semblait avoir le plus de fun était celle des cuisiniers.
De cette première job, il retirera une envie d’en apprendre davantage sur le métier et cesse de travailler à l’hôpital à l’obtention de son diplôme.
Après avoir ouvert le Pastaga, Martin s’est amouraché des vins nature et y voit une opportunité d’évolution : il fonde, avec Louis-Philippe, une agence d’importation privée: « Volet ».
Son pêché mignon : le beurre de peanuts Kraft, les chips ou un simple bol de frites avec du ketchup.
Pour impressionner quelqu’un, il cuisine : du lait de maïs
Il n’est pas doué pour cuisiner : la bouffe asiatique
S’il n’était pas dans la restauration : il serait illustrateur ou bédéiste. Le dessin est son talent caché.

Louis-philippe breton

Un beau père amateur de cuisine lui a permis, dès son jeune âge, d’ouvrir ses horizons : des aliments et des plats que l’on ne retrouvait pas habituellement autour de la table « traditionnelle » québécoise de l’époque.
Après s’être trouvé une job de plongeur au Bistro 2000, Louis-Philippe se fait une place au Garde-Manger.
Globe-trotter, Louis s’est rendu en Amérique latine qu’il explore pendant 2 ans. Puis en Europe pen
Il travaille à L’Écusson de Jean-Pierre Sennelet pendant un stage de trois mois. M. Sennelet a eu grande influence sur sa vision de la cuisine et sa découverte du monde du vin.
Et c’est la rencontre avec Martin qui écrira la suite de l’histoire : « C’est ma plus longue relation, personne ne peut m’endurer autant que lui! »
S’il n’était pas dans la restauration, Louis-Philippe serait surement dans l’industrie de la musique.
Son pêché mignon : la viande grillée avec des frites.
Il n’arrive pas à : faire cuire du riz sans le rendre collant.

KEVIN

(prononcer « Kéviiiine ») notre maître d’hôtel, un français chauve et tatoué adepte de CrossFit, qui lui aussi assure un service remarquable.

ALEXANDRE

Alexandre Loiseau a rejoint le Pastaga pour partager toutes ses blagues douteuses et ses jeux de mots poches avec l’équipe.

CEDRIC

Notre plongeur doté de 3 jambes. Il est le boss qui s’occupe que tout soit clean et brillant.

PHILIPPE

Barbu chauve et tatoué qui assure un service irréprochable et personnalisé.
« Pis en plus, il est beau » — Louis-Philippe

MARIE BÉ

Tu ne connais pas Marie Bé? C’est que tu viens de débarquer à Montréal…
À part ça, c’est la gérante de Cul-Sec.